Stabilité et les voeux pour 2015

Quand je regarde le quator en tete de la Pro A, le mot qui me vient à l'esprit, c'est STABILITE

Dans le monde d'aujourd'hui et dans le basket moderne, malheureusement, c'est plus souvent la precarité qui prédomine et generalement, les clubs qui arrivent à garder une ossature d'une saison à l'autre partent avec un avantage certain sur les autres.  C'est le cas pour Nanterre, Strasbourg,Limoges et Dijon car ses quatre equipes ont gardé le meme coach et le meme noyau de joueurs francais que la saison derniere.

    Une equipe est construite d'abord autour des joueurs francais et forcément des gros budgets comme Limoges et Strasbourg raflent les meilleurs si elles recrutent intelligement.  Des joueurs comme Adrien Moerman, Nobel Boungou colo, Antoine Diot et Jeremy Leloup vous assurent plus ou moins de reussir une bonne saison si le choix des renforts francais et des joueurs etrangers n'est pas trop raté.  Nanterre et Dijon ont moins de masse salariale mais des francais comme les deux pivots Mam Jaiteh et Johan Passave- Ducteil(tous les deux All-stars) et Antoine Mendy et Ferdi Prenom jouent un role essentiel dans le succés des deux equipes.

    Je discutais hors antenne avec Adrien Moerman lundi soir par rapport à sa decision de rester à Limoges plutot que de partir à Tel-Aviv et j'ai été touché par sa loyauté et l'intelligence de sa demarche, bien aidé en cela par ses agents.  Il me disait que meme pour jouer le Top 16 avec le Maccabi il n'allait pas casser sa bonne dynamique avec le CSP actuellement car le club pourrait gagner l'Eurocoupe, encore le championnat,etc. et sur le plan individuel j'ajoute qu' il est en ce moment l'archi-favori pour etre MVP à la fin de la saison.  Il sera, alors, en fin de contrat et il pourrait etudier toutes les propositions mais rester à Limoges n'est pas du tout inenvisageable selon lui!  Les joueurs apprecient, eux aussi, une certaine stabilité et la possibilité de peaufiner des automatismes avec des co-equipiers qui ne changent pas trop souvent.

    Adrien me disait egalement qu'il etait impressionné par l'eclosion de certains jeunes francais cette saison comme Benjamin Sene à Nancy, David Michineau à Chalon ou Petr Cornelie au LeMans et cela devrait faire reflechir nos instances concernant la possibilité de passer de cinq à quatre etrangers par equipe en Pro A pour la saison prochaine.  On se disait qu'il y a des jeunes sur les bancs de la Pro A et en Pro B ou meme en Nationale 1 qui pourraient apporter au moins autant que le cinquieme etranger dans beaucoup d'equipes.  Claude Bergeaud m'a dit la meme chose il n'y a pas longtemps.  Avec quatre etrangers, au moins il y aurait le garantie de voir deux francais sur le terrain au moment de l'entre deux!

    En general, les joueurs etrangers ont  droit à moins de stabilité(sauf pour les tout meilleurs) partout en Europe et les changements nombreux et incessants dans les effectifs de la Pro A en decembre empechent la fidelisation du grand public qui perdent un peu ses reperes.  Les cas des grands voyageurs comme Kim English, Sean May ou C.J. Wallace sont des bons exemples alors que les retours en France de J.K. Edwards, Paul Harris ou Alex Acker montrent que la fiabilité financiere de notre championnat vaut souvent mieux que des promesses mirabolantes mais non-tenues ailleurs!

    Pour les equipes malchanceuses accablée par les blessures, la limite de 16 contrats par saison(ce qui a remplacé le statut de pigiste medical) peut poser probleme selon Jean-Denys Choulet, le coach de Chalon sur Saone.  Passé la date limite en fevrier pour signer un nouveau contrat(comme en NBA), un joueur blessé ne pourra plus etre remplacé non plus donc à la fin de la saison les decideurs doivent pencher sur les bonnes solutions à apporter pour ameliorer la situation la saison prochaine.

 

    Je commence mes voeux pour 2015!  Au lieu de courrir aprés les mecenes (meme s'ils sont les bienvenus!), donnons la priorité à la formation et la possibilité de faire jouer des jeunes francais dans notre championnat avant que des clubs espagnols, russes ou turques viennent nous les piquer car le marché est comme ca en attendant le jour lointain qu'un fair play financier soit instauré dans le basket européen.  Bonne année!