Qui pour Coach de l'année?

Quand on vote pour le Coach de l'année il faut tenir compte de plusieurs paramètres. Le plus important pour moi c'est de savoir qui a tiré le maximum du potentiel intrinsèque de son effectif. Il y a aussi une notion de rapport qualité/prix quand un coach fait hisser sa équipe plus haut malgré un budget très bas.

J'aimerais aussi voter pour un coach qui fait produire du beau jeu par ses joueurs tout en gagnant le plus de matches possible.  Par exemple, dans la NBA cette saison, on pourrait décerner ce titre à Gregg Popovich qui dirige la meilleure équipe de la saison régulière de la main de maitre mais San Antonio était déjà en finale la saison dernière donc il y a une suite logique.  Pour moi, ce qu'a fait Jeff Hornacek des Phoenix Suns est encore plus méritoire car son équipe est passée de 25 victoires la saison passée à 47 victoires cette saison avec un effectif à peine changé!  Les Suns ont été dans la lutte pour une place en playoffs jusqu'au bout.

 

Voici mon podium concernant notre Pro A cette saison selon ces critères.  En numéro un, Jean- Louis Borg de Dijon car avec le quatorzième budget de la Pro A, son équipe est invaincu à domicile et deuxième ex-aequo au classement après avoir atteint la demi-finale de la Coupe de France.  C'est insensé!  Son budget l'a obligé à construire une équipe essentiellement composé d'un fort cinq majeur américain mais ce ne sont pas n'importe lesquels américains!  Ce sont des joueurs qui sont fidèles au championnat français depuis de longues années à l'image de l'emblématique Zach Moss et de Tony Dobbins.  Des joueurs sous-cotés et sans doute sous-payés mais qui se sacrifient pour le collectif et appliquent les consignes à merveille.  Ca défend ultra-collectivement et ça attaque patiemment avec altruisme dans un système super-rigoureux qui est devenu la patte de Borg.  Il n'y a pas beaucoup d'erreurs tactiques, de ballons perdus  et encore moins de mauvais choix dans les tirs. C'est une recette pour gagner si tout le monde adhèrent et c'est le cas!  Malgré une Coupe d'Europe fatiguant, un effectif limité en nombre et des difficultés pour s'imposer à l'extérieur, la saison de Dijon est un bijou.  On ne peut que féliciter l'équipe d'avoir tenu la dragée haute jusqu'au bout car c'est un style de jeu exigeant et épuisant mais ils n'ont pas craqué. 

 

    En deuxième position, je choisis Alain Weisz de Nancy.  Quel comeback pour lui à 60 ans et pour son équipe, qui a frôlé la descente la saison dernière.  Limogé par Antibes, un club qui va redescendre probablement en Pro B, Alain a su rebondir à Nancy avec ses recettes habituelles.  Fin psychologue, il s'est spécialisé dans la relance de joueurs qui doutent ou qui ont déçu.  Il a remis en confiance et a même fait briller mieux que jamais des hommes comme Randal Falker, Flo Pietrus,Nick Pope, Paul Harris, Austin Nichols et Kenny Grant!  Du bon boulot.  Connu par le passé pour ses équipes plutôt fortes en attaque, il s'est adapté à son effectif pour gagner cette saison avec sa défense articulée autour du tandem infernal à l'interieur Falker-Pietrus.

  

En troisième position, un coach, qui comme Borg et Weisz, a tiré le max d'un budget restreint; je nomme Philippe Hervé d'Orléans.  En début de saison, beaucoup d'observateurs voyaient Orléans se battre pour le maintien mais en fin de compte, le club a d'excellentes chances de faire les playoffs grâce à un jeu bien organisé et bien léché affichant une adresse assez exceptionnelle à trois points.  C'est une équipe peu athlétique qui a joué au top de son potentiel malgré le fait qu'Hervé avait annoncé au départ que c'est sa dernière saison à Orléans.

 

Au-delà de ce trio, d'autres coaches méritent attention pour leur succès cette saison en commençant par le champion d'Europe de Strasbourg, Vincent Collet, qui est actuellement leader de la Pro A.  Comme Greg Beugnot avec Paris-Levallois, il a drivé une équipe à fort potentiel vers les sommets.  Jean- Denys Choulet a totalement renversé la tendance à Chalon sur Saône avec le plus beau jeu d'attaque rapide de la Pro A.  Eric Bartecheky a continué de faire des miracles avec le plus petit budget au Havre et J.D. Jackson est en train de faire une très belle dernière saison dans le club de son cœur, Le Mans, avec déjà le trophée de la Leader's Cup en poche.  Claude Bergeaud a fait beaucoup mieux que prévu avec Pau-Lacq-Orthez et Pascal Donnadieu a fait rêver la France entière avec le petit poucet devenu grand, Nanterre, notamment dans les Coupes d'Europe et la Coupe de France.  Last but not least, Jean-Marc Dupraz a remis en haut du classement pour la première fois depuis longtemps une équipe de Limoges, certes talentueuse, mais pas facile du tout à gérer!

 

    En relisant cette article je me rends compte que nous avons la chance de posséder en France pas mal de grands coaches!  Qu'en pensez-vous?