Petit bras

La manière de l'Equipe de France de se remobiliser pour gagner la médaille de bronze a été exemplaire et louable. En 2003 et 2007, elle n'a pas su le faire et le basket français a ainsi traversée un désert de 8 ans sans participation aux JO qui nous a fait beaucoup de tort.

Manque de bol, cette fois- ci, la bronze ne vous qualifie pas pour les Jeux et il va falloir vivre un chemin de croix à travers un Tournoi de Qualification Olympique pour y arriver.  Prévu entre le 5 et le 11 juillet, juste deux semaines après la fin de la saison dans beaucoup de pays, cela représente un calendrier démentiel pour des joueurs déjà très fatigués.  Plusieurs pays poussent la Fiba à décaler ce tournoi vers la fin de Juillet afin de donner un peu plus de repos aux joueurs et les permettre d'enchainer directement les JO de Rio début aout, s'ils sont qualifiés.  Les joueurs NBA en fin de contrat ne peuvent pas signer avant le 8 juillet et cela pose des gros problèmes d'assurance.  Ce TQO est une usine à gaz qui peut avoir lieu n’ importe où dans le monde et avec des adversaires de haut niveau donc finir premier d'une des trois poules n'est pas chose facile.  Il faudra probablement réaliser un sans-faute.

    Comme disait le président de la fédé, Jean-Pierre Siutat, ca aurait été plus facile de mieux jouer en prolongation de la demi-finale contre l'Espagne pour gagner et se qualifier directement!  Si on connait le haut niveau, il faut accepter que la France a pu gagner en prolongation en demi-finale contre l'Espagne en 2013 parce que José Calderon a raté un tir à 3 pts. Décisif, ouvert dans le coin comme il faut accepter qu'en 2015 on perd après avoir mené au score pendant 37 minutes et avec une avance de 9 pts. à 5:40 de la fin et plus trois à 1:27 de la fin de la prolong !  En plus, en 2013, la France semblait destinée a perdre à la mi-temps étant mené de 14 points aprés avoir été copieusement dominée.  Le speech de Tony Parker et 9 paniers réussis à 3 pts. En 2eme mi-temps ont renversé miraculeusement la tendance.

    Ceci étant dit, ce n'est pas uniquement une question de chance car nos trois stars NBA, Parker, Boris Diaw et Nicolas Batum ont shooté à 9 sur 38 et ils ont raté 6 lancers francs sur 7 en prolongation jeudi dernier.  J'ai impression que dans le money time de ce match d'anthologie, les joueurs et le staff ont été enfin envahis par la pression de l'évènement et ça les a bloqué.  A l'image de Parker et Batum aux tirs,  Vincent Collet a coaché petit bras en réduisant trop sa rotation de joueurs par rapport aux matches précédents, tous gagnés avec un gros apport du banc.  Les remplaçants apportaient de l'énergie et de la défense féroce pour user les adversaires.  Les titulaires avaient l'habitude de jouer 25 minutes par match depuis le début de la préparation et la, ils jouaient près de 40 minutes chacun!  Ils n'étaient pas préparés pour ca et cette fatigue supplémentaire  explique la défense poreuse sur Pau Gasol et Sergio Rodriguez, deux ballons perdus bêtement ainsi que les lancers francs vendangés en prolongation.

    La France a joué petit bras sur le plan tactique aussi, refusant de faire des prise à deux sur un Gasol stratosphérique qui a marqué la moitié des points de son équipe ( 40 sur 80)!  J'aurais aimé voir Flo Pietrus plus souvent sur Pau pour le perturber et Charles Kahudi quelques minutes sur Rodriguez pour le bousculer un peu.  Meme si Rudy Gobert fait partie des trois meilleurs défenseurs NBA, c'était trop lui demander de freiner Gasol quand il a été systématiquement isolé sur un quart de terrain pour attaquer tranquillement avec de nombreux dribbles.  Comme j'ai écrit le matin du match dans ce blog, varier la défense sur Pau avec des prises à deux très physiques aurait au moins obligé d'autres Espagnols (plutôt maladroit dans l'ensemble) à prendre les tirs.  Certes, on avait peur du grand talent de passeur de Gasol, mais vu son adresse et les faveurs qui lui sont accordées par les arbitres (18 lancers francs) il aurait fallu davantage innover que subir et surtout, faire sortir le ballon de ses mains!

    Tous les joueurs et le staff ont très dignement fait leur autocritique après le match.  Collet a même avoué que moins tourner son effectif était un choix critiquable.  Parker a avoué n'avoir jamais trouvé un bon rythme dans le jeu, regrettant de ne pas avoir plus joué auparavant.  Il pense qu'il s'est mis trop de pression car il voulait trop bien faire.  Ca arrive même aux meilleurs (comme Pau Gasol l'été dernier!) et en réalité, Tony n'a jamais totalement récupéré sa vitesse d'exécution depuis une blessure aux ischio-jambiers pendant la saison NBA.  Par contre, ceux qui annoncent que Tony est fini ne le connaisse manifestement pas! 

   Batum a dit qu'il n'avait pas le droit de rater ses trois lancers francs et que l'équipe n'avait pas le droit de laisser revenir les Espagnols au score comme aux Jeux de Londres en 2012.  C'est vrai qu'entre 6:46 et 2:10 en 4eme quart-temps, la France reste désespérément bloqué à 61 points.  Il y a eu des leçons à en tirer de cette demi-finale perdue et ca s'est vu dans la victoire face à la Serbie pour la 3eme place.  Milos Teodosic et Miroslav Radulijca n'ont pas bénéficié des mêmes libertés que Gasol et Rodriguez tandis que le banc français a de nouveau pleinement participé à une belle victoire collective ( Evan Fournier 15pts.).  La bronze, c'était le premier pas vers la qualif olympique disait Collet. Au delà, l'avenir est rose pour la génération post-Parker-Diaw car nous allons pouvoir bâtir autour de Batum, qui nous doit une revanche, Nando DeColo et Rudy Gobert les deux meilleurs francais pendant cet Eurobasket et tous les autres qui veulent faire perdurer une belle tradition aprés 4 médailles en 5 ans.

     Je termine en disant un grand MERCI aux joueurs et au staff qui ont tout donné pendant cette compétition ainsi que pour leur gentillesse et leur disponibilité.  Merci à la fédé et les bénévoles pour l'organisation impeccable d'un évènement qui a battu tous les records.  Merci à nos confrères et à vous tous pour vos nombreux messages de sympathie.  Pour moi, David Cozette et ceux qui ont œuvré pour couvrir le mieux possible le basket sur Canal depuis 30 ans, ça nous a tous fait chaud au cœur!!