Les plus et les moins

Avec 6 victoires en huit matches de préparation, l'Equipe de France présente un bilan acceptable sans être exceptionnel. Ce n'est pas plus mal car, trop souvent, on constate qu'une équipe qui brille trop en prepa, a parfois des déceptions, quand la vraie compétition commence! Nos grosses difficultés pour battre la Belgique sont arrivées au bon moment pour nous rappeler que rien ne sera facile à partir du 5 septembre.

La France a montré certaines faiblesses face à des équipes jouant le "small ball" et qui écartaient 4 joueurs à 3 pts. Comme la Finlande, l'Ukraine en première mi-temps du 2eme match et finalement la Belgique, qui a totalement dominé la première mi-temps à St. Quentin; mentalement, physiquement et tactiquement.  La réaction en 2eme mi-temps contre les Belges, poussé par un public en or, avec un Tony Parker de gala et une grosse défense de tous les joueurs, nous a rassurés.  Tony a expliqué que son coté compétiteur (de très haut niveau!) a pris le dessus car il ne voulait pas perdre une troisième fois en prepa.  Les Belges, frais et reposés, ont secoué physiquement la France qui a joué la veille à Rouen et qui est arrivée en bus à 2 heures du matin à St. Quentin.

    Comme disait Parker, la fatigue ne peut pas être une excuse car à Montpellier les Français vont devoir jouer 5 matches en 6 jours!  Comme Vincent Collet, TP aimerait voir les tricolores plus disciplinés en attaque.  Plus patients et collectifs afin de produire plus de passes décisives et d'éviter trop de prises d'initiatives individuelles précipitées comme en première mi-temps contre la Belgique, une bonne équipe qui a battu la Grèce et a perdu de seulement trois points en Espagne en préparation.  

    Les adversaires à l'Eurobasket sont prévenus que la France a un peu de mal avec le "small ball" donc les Français vont se préparer en conséquence à l'entrainement et contre une forte sélection allemande à Strasbourg vendredi et à Cologne, dimanche après-midi.  Les co-équipiers de Dirk Nowitzki peuvent jouer grand ou petit et le joueur à stopper en priorité sera Dennis Schroder des Atlanta Hawks.  Il fait penser à un jeune Parker avec sa vitesse d'exécution inouïe, sa force de pénétration en dribblant mais aussi un manque de régularité au niveau de l'adresse extérieure.  Il est le meilleur joueur et marqueur de l'Allemagne pendant la préparation et quand il joue avec le petit bombardier Heiko Schaffartzik, ça va vite et ça risque de donner des maux de tête aux Français!

    L'Allemagne a tout gagné en prepa sauf deux rencontres face à des Croates surpuissants.  Après avoir suivi de près la préparation de tous les participants, j'ai peur d'un huitième de finale face à L'Italie, la Turquie ou l’Allemagne (trois excellentes équipes) en espérant, surtout, éviter la Serbie et l'Espagne à ce stade de la compet.  Ce huitième sera LE match à ne pas rater pour la génération Parker-Diaw-Pietrus.  Une défaite et c'est bye-bye les JO de Rio tandis qu'une victoire vous ouvrent au moins la porte du tournoi qualificatif pour les Jeux.  Après, les pays qui m'ont le plus impressionné sont la Croatie, la Serbie, l'Espagne, la Lituanie et la Grèce qui sont tous des vielles connaissances surarmées, n'est-ce pas?

 

    Quoiqu'il arrive il faut rester serein et confiant parce que cette équipe de France possède la santé, la forme physique, le vécu collectif, l'expérience des grands matches à l'image de Parker-Diaw-Pietrus-Gelabale-Batum-DeColo-Diot mais aussi un mélange intéressant de générations qui apporte de la fraicheur et de la jeunesse à l'image de Rudy Gobert, Joffrey Lauvergne, Evan Fournier et les autres.  Tout ca dirigé par un staff qui a fait ses preuves devant un public acquis à sa cause.  J'y crois,  Allez les Bleus!