La fièvre des trades

C'est jeudi à 21 heure la date limite pour les échanges en NBA, la situation est assez complexe à déchiffrer mais je vais essayer quand même!

Blake Griffin à Détroit

Nous avons déjà vu l'échange inattendu entre les Clippers et les Pistons qui sera mutuellement bénéfique pour les deux franchises à moyen terme, à mon avis. Detroit a enfin un go-to player dans le money time et une vraie star avec Blake Griffin, l'ancien "Clipper for life". Il forme avec André Drummond le meilleur tandem d’intérieurs de la NBA avec A. Davis et D. Cousins de la Nouvelle Orléans. Les Pistons sont invaincus depuis l'arrivée de Blake the "Quake". Les Clippers ont reçu deux choix de draft en retour et vont pouvoir dégager de la masse salariale pour aller chercher un LeBron ou Paul George à l'intersaison. Si cela ne marche pas ils peuvent re-signer Avery Bradley et Tobias Harris à un bon prix car il va y avoir beaucoup moins d'argent disponible, à quelques exceptions prés comme les Lakers et les Bulls, par rapport à l'été 2016.

Mirotic en renfort à la Nouvelle Orléans.

Cette situation financière va freiner les mouvements jusque l'été 2020 quand les contrats de 2016 arrivent à terme pour libérer des grosses sommes d'argent. Globalement, les clubs ont surpayé en 2016 et cela va servir de leçon pour la suite des affaires. Les franchises veulent toutes, dans la limite du possible, revenir sous la "luxury tax" afin d’être moins pénalisées lors du dépassement. L'échange entre Chicago et les Pelicans répond à ces critères. Nikola Mirotic allait probablement partir de Chicago cet été donc les Bulls sont contents d'avoir un premier tour de draft en retour même s'ils ont été obligés d'avaler également le contrat d'Omer Asik. Après la blessure de Cousins, l'arrivée de Mirotic comble un peu le vide et permet aux Pelicans d'aller chercher une place en playoffs. Encore un échange mutuellement bénéfique!

Les choix de draft, l'or de la NBA.

Dans le paysage d'aujourd'hui, les choix de draft sont d'avantage valorisés car les joueurs sont payés selon une échelle pré-établie par rapport à leur position dans la draft. Les coûts sont ainsi maîtrisés et quand on voit le niveau de performances des rookies comme Ben Simmons et Donovan Mitchell, parmi d'autres, on comprend pourquoi les jeunes joueurs sont de plus en plus recherchés ainsi que les joueurs dans la dernière année de leur contrat! Ces critères devraient influencer considérablement tous les échanges proposés d'ici jeudi.

Un enjeu, rattraper Golden State

Ainsi, ce n'est pas évident pour les franchises ambitieuses de se renforcer dans leur course effrénée pour rattraper Golden State. Houston, comme Minnesota, a déjà beaucoup fait l'été dernier et leur marge de manœuvre est réduite. Cleveland sera obligé d'inclure le premier tour de Brooklyn acquis dans l'échange pour Kyrie Irving, sinon ils n'ont rien à proposer qui intéresse les autres équipes! San Antonio fait rarement des coups d’éclats en février et Toronto n'a pas besoin de changer grande chose dans une équipe qui progresse et qui tourne déjà bien. L'exception, c'est Boston, qui vient de signer Greg Monroe qui s'est arrangé avec Phoenix pour se libérer de son ancien contrat. Il va combler la plus grande faiblesse des Celtics, un manque de points et de rebonds sous le panier. En sortant du banc, il va permettre aux Celtics d'alterner davantage entre le jeu extérieur et le jeu intérieur. Cela devrait soulager Kyrie Irving qui montre déjà des signes de fatigue et qui risque d’être cramé en playoffs à l'image de James Harden la saison dernière. En plus, Boston essaie d'ajouter soit Lou Williams soit Tyreke Evans pour renforcer le scoring qui arrive du banc. Si cela se concrétise, difficile de ne pas mettre Boston à égalité de chances avec les Warriors pour devenir champion!

Rendez-vous la semaine prochaine pour un Facebook Live ou on va parler de tout ca!