Chalon Top Attaque

Depuis le début de la saison, six fois un club de Pro A a dépassé la barre des cent points en attaque, et quatre fois c'était l'équipe de Chalon sur Saône ! Décortiquons le pourquoi du comment de cette machine à marquer beaucoup de points très vite, la meilleure attaque de la Pro A.

D'abord, il faut avoir la volonté de le faire et ça a toujours été le leitmotiv de coach Jean- Denys Choulet (un coach qui ne laisse personne indiffèrent) qui considère que pour remplir les salles il vaut mieux avoir un jeu offensif flamboyant.  Dans le basket moderne, trop souvent les coachs veulent tout contrôler et un jeu hyper-défensif et fermé donne plus de pouvoir aux entraineurs tandis que pour flamber en attaque il faut donner plus de pouvoir et de confiance aux joueurs.  C'est nécessaire de posséder dans son effectif les joueurs talentueux qui peuvent mettre dedans aussi !   

En tout cas, Choulet a toujours su trouver ce type de joueur, que ca soit à Gravelines, Roanne ou maintenant Chalon, qui peut jouer et marquer rapidement.  Son système pourrait s'appeler "l'élégance, c'est la simplicité".  Il démarre souvent avec une défense de zone en 3-2 et la première ligne de trois joueurs est déjà en place pour contre-attaquer si le rebond est pris.  Avec des joueurs derrière come Clint Capela, Jon Brockman ou JBAM, deux intérieurs peuvent suffire pour défendre le cercle et alimenter les trois devant qui veulent remonter le terrain le plus vite possible.  C'est un peu comme les Phoenix Suns de Mike D'Antoni, Steve Nash et Boris Diaw, il y a quelques années, qui cherchaient à marquer en moins de 7 secondes en contre-attaque ou dans le jeu de transition.  Le meneur cherche en priorité le meilleur marqueur du championnat A.J. Slaughter, le "massacreur" des defenses adverses, qui peut shooter à trois points ou pénétrer avant que la défense  se met en place.  Steed Tchicamboud, le meneur titulaire, accélère le tempo et drive pour ensuite chercher à ressortir des bon ballons pour Slaughter ou le maitre à trois points, Ilian Evtimov, qui arrive en deuxieme rideau de la transition.  Les joueurs sont responsabilisés pour prendre le premier bon tir ouvert sans hésitation et en confiance. La clé de tout, c'est de faire le bon choix.   

Si le jeu rapide ne donne rien, le jeu posé se repose sur deux principes bien connu, le "pick and roll" et les écrans dans le dos.  L'écran et appel de balle dans l'axe central produit souvent des dunks stratosphériques de Capela, servi en haute altitude par Steed et Slaughter.  Avec un jeu posé(mais rythmé) très large et une raquette peu encombrée, cela ouvre des possibilités d'ecrans dans le dos pour les ailiers comme Kris Joseph ou Jordan Aboudou qui sont également des gros dunkeurs!  Une autre arme complémentaire, c'est le "pick and pop"(ecran et s'ecarter) avec Evtimov en tête de raquette.  Des systèmes dits "longues" à la Maljkovic ou Pavicevic sont assez rares ce qui se traduit par plus de possessions et de tirs en attaque.  Cela produit beaucoup de stats et plait forcément aux joueurs qui se doivent d'entretenir une excellente condition physique pour jouer tout le temps en accélérant ! 

 Il y a une vraie hiérarchie en attaque, un bon banc, chacun connait son rôle et cela explique les 8 victoires en 10 matches de Chalon avant d'être bloqué par l'agressivité défensive de Paris-Levallois mardi sur Canal Plus Sport.  Le P-L a construit sa victoire en première mi-temps grâce à la défense pot de colle d'Andrew Albicy sur Tchicamboud et de Maleye N'Doye sur Slaughter. La défense athlétique et collective de Paris a cassé les timings dans la belle machine chalonnaise.  Chalon n'arrivait pas à trouver le joueur du mois, Capela, dans la peinture et surtout le pourcentage de tirs de prés a été inhabituellement faible.  Les grands du P-L comme Landing Sané ont contré et dissuadé avant que le facteur X, Louis Labeyrie, sorte de son banc pour clore les débats avec la mi-temps de sa VIE (15pts. en 12 minutes avec 3 sur 3 à 3pts.)!  Certes, Chalon a retrouvé son jeu offensif à l'image de Slaughter en deuxième mi-temps, mais le P-L avait TROP besoin de cette victoire pour se relancer!  En tout cas, le suspense et le spectacle ont été au rendez-vous et ça va être le cas jusqu'au bout dans ce championnat éternellement étonnant !